Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Pas dépités, les députés retraités

Les députés sortants sont des veinards. Du moins ceux qui seront sortis. Ou ceux qui ne se représentent pas, à l’instar de Ségolène Royal, Claude Evin, Alain Madelin ou Édouard Balladur.

Car les vrais privilèges de la vie de parlementaire se dégustent une fois que l’on a quitté l’hémicycle. Les inconvénients disparaissent. Plus de mains à serrer tous les week-ends sur les marchés de la circonscription. Plus de permanences à assurer en écoutant les doléances des électeurs, qui réclament un piston. Plus de séances interminables de marathon budgétaire et de nocturnes législatives. Plus d’obscurs rapports à relire et d’amendements à signer en rafales. Plus de consignes de vote, imposées par les partis et le gouvernement, à respecter silencieusement comme un bon godillot.

Éternel retour - JPG - 22.4 ko
Éternel retour
© Masioni

Les ex-députés gardent, en revanche, de menus avantages. Le titre tout d’abord. On vous donne toujours du « Monsieur le Député » ou « Madame la Députée ». On est député à vie, un peu comme sénateur, ministre, président… ou académicien. C’est la postérité honorifique !

Parachute et retraite dorées

Les anciens députés ne sont pas à plaindre financièrement. Les élus fonctionnaires retrouvent leurs postes. Les autres peuvent bénéficier d’une « allocation d’aide au retour à l’emploi ». Ce parachute doré leur permet de conserver l’indemnité parlementaire de base de 5 400 euros brut à 100% pendant 6 mois, puis par paliers dégressifs jusqu’à 5 ans. De quoi prendre le temps d’assurer une reconversion. Quant à leur retraite, elle relève de la catégorie des régimes « très spéciaux » : pendant leurs trois premiers mandats, les cotisations versées par les députés comptent double ! Ce qui signifie que 15 ans de cotisations = 30 ans. Si tous les régimes de retraite de France étaient calqués sur ce modèle, leur faillite serait immédiate. Le Premier ministre François Fillon, qui veut s’attaquer aux « régimes spéciaux », – c’est une question d’équité, dit-il – pourrait donc commencer par celui des députés. Seul petit souci : il en est lui-même l’un des bénéficiaires potentiels, ayant été élu de la Sarthe depuis 1981 à cinq reprises…

Et puis, les « ex » conservent le droit d’entrer au Palais-Bourbon comme bon leur semble. De son vivant, par exemple, l’abbé Pierre possédait ce sésame, pour avoir été élu MRP de 1945 à 1951 ! Et Jean-Marie Le Pen l’a aussi, comme ancien député de la Seine de 1956 à 1962. Les anciens élus circulent ainsi dans les couloirs, se retrouvent dans une salle aménagée pour eux, peuvent profiter de la somptueuse bibliothèque, des restaurants, de la buvette. Seules interdictions : ils n’ont pas le droit de s’exprimer publiquement dans le Palais-Bourbon. Ni de s’asseoir dans l’hémicycle sur leur ancien banc pour se rappeler « le bon vieux temps »…

Mais certains « ex » savent profiter habilement de cette carte d’accès : ils se reconvertissent en lobbyiste professionnel, comme le Dr Michel Hannoun, ancien député RPR de l’Isère devenu « directeur des études » attitré des laboratoires Servier. Et omniprésent au Palais-Bourbon. Ou Elisabeth Hubert, ex-élue RPR de Loire-Atlantique et ancienne ministre, qui fait dans le lobbying hospitalier. Le CV et le tutoiement de rigueur entre élus facilitent les contacts. Et ces parfaits connaisseurs des coulisses politiques gagnent souvent très bien leur vie, rémunérés par des syndicats professionnels ou des entreprises pour leurs précieuses entrées.

D’autres parlementaires sur Bakchich

Julia, Sarko y croit

Les Palmes d’or des députés

Des députés choyés par Téhéran

BAT enfume le Sénat