Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Jeux en ligne, les mineurs au charbon

Grâce aux efforts conjugués de l’ancien ministre du Budget Eric Woerth et son successeur François Baroin, les paris en ligne ont pu être légalisés juste avant la Coupe du monde. L’ouverture précipitée de ces sites ne fait pourtant pas que des heureux. Rapide expérience avec Bwin.fr, auto-proclamée « plate-forme pour adultes la plus sûre du monde ». Placer son argent est à la portée d’un bambin, il suffit de taper un numéro de carte bleue et de fournir une date de naissance. Pour retirer ses gains, c’est une autre paire de manche…

Quelques semaines et des dépenses plus tard, le site envoie un mail pour réclamer pièce d’identité et RIB sans quoi des fonctions sont désactivées, comme la possibilité de récupérer ses mises. Cette fois, il faut charger les documents par scan. La vérification à postériori ne gêne pas l’autorité de régulation des Jeux en ligne (Arjel) : « C’est tout à fait normal, c’est en train de se mettre en place », précise l’Arjel en exhortant d’« envoyer très rapidement » les documents demandés. Qu’on se rassure, l’encaissement des mises est, lui, déjà parfaitement en place.

Le règlement de l’Arjel (clic, clic)

Sur le site de l’Autorité de régulation (en PDF), François Baroin insiste sur « la responsabilité du Gouvernement d’apporter une réponse » à la sécurisation des jeux en ligne. « Nous ne pouvions plus laisser les mineurs sans protection », indique le ministre du Budget, « nous n’avons fait aucune concession sur les niveaux de contrôles exigés, ni sur la sécurité, la protection des mineurs ou la fiscalité ». L’arrêté du 17 mai 2010 portant approbation du cahier des charges applicable aux opérateurs de jeux en ligne était pourtant très clair :
« En vertu de l’article 3 de la Loi n° 2010-476 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne, la politique de l’Etat en matière de jeux d’argent et de hasard a pour objectif de limiter et d’encadrer l’offre et la consommation des jeux et d’en contrôler l’exploitation afin de prévenir le jeu excessif ou pathologique et protéger les mineurs ».

« Il convient de protéger les personnes vulnérables, au premier rang desquelles les mineurs », rappelle d’ailleurs l’autorité de régulation. L’Arjel place d’ailleurs cette protection au premier rang de ses objectifs.
Les règles ne sont pourtant pas aussi strictes qu’on aurait pu l’imaginer.
Si « les opérateurs ont notamment l’obligation de : contrôler systématiquement l’âge de leurs clients », le joueur ne « doit transmettre une copie de ses papiers d’identité » que pour « l’ouverture définitive de son compte joueur ».
En effet, « le joueur ne peut ni toucher ses gains ni obtenir le reversement des sommes versées sur son compte joueur tant qu’il joue sur un compte provisoire ; s’assurer que l’identité du joueur correspond bien à celle du titulaire du compte de paiement ; mentionner en permanence l’interdiction de jeu faite aux mineurs sur les pages de leur site ». Le joueur utilisant un compte provisoire ne sera donc pas gêné par la paperasse. L’argent misé n’est, lui, pas provisoire.

Mais, si le site ne peut vérifier que son client était bien majeur, on récupère ses sous ? Coup de fil naïf mais plein d’espoir au siège de la société : « la messagerie est saturée ». Le service client : « En cours de mise en service, nous vous invitons à rappeler ultérieurement ». Comme dans la "vraie" vie, dans les jeux de paris virtuels, à la fin c’est toujours le casino qui gagne.

Desson d’Oliv’ - JPG - 27 ko
Desson d’Oliv’

A lire ou relire sur Bakchich.info :


Pour attirer le chaland, les sites de poker offrent une prime en cash lors du premier versement à l’inscription. Une jolie carotte, et une ruse.

Par 299 voix contre 223, le Parlement a voté mardi l’ouverture à la concurrence des jeux et paris sportifs en ligne. La fin de la prohibition ouvre une nouvelle ère pour le commerce.

L’ouverture des paris sportifs en ligne aux concurrents de la Française des Jeux, c’est pour courant 2010. Bon joueur, Bakchich vous livre les clés statistiques de ce marché juteux.

La révolution des jeux en ligne aura-t-elle lieu ? A travers l’exemple de deux joueurs qui vivent du poker en ligne, la future loi de régulation risque de finir en pétard mouillé.

Eric Woerth était entendu mercredi par la Commission des finances de l’Assemblée sur le projet de loi sur les jeux d’argent et de hasard en ligne. L’audition est à huis clos, mais les coulisses du business se visitent ici (…)

L’ouverture des paris en ligne aux Etats membres de l’UE a connu un premier revers. En interdisant à Bwin de prospérer au Portugal, la décision européenne va faire jurisprudence…au grand bonheur de la Francaise des (…)
Le PMU se frotte les sabots : depuis l’autorisation des paris sportifs en ligne, le 9 juin, le site Pmu.fr revendique plus de 9 millions de visiteurs uniques, soit + 64 % par rapport à mai, et quatre fois plus de nouveaux clients qu’auparavant. (…)