Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

L'économie vu par Mar(x)ine Le Pen (2/2)

Retrouvez ici la première partie de l’analyse du programme économique du FN

Le « projet économique » du FN est empli de citations de… professeurs d’économie, destinées à donner, à tout bout de champ, une impression de sérieux, mais qui ne sont qu’un émaillage, picoré au cours de lectures cursives dans les propos de théoriciens dont tout entrepreneur sait qu’ils ont depuis plus d’un demi-siècle dit tout et le contraire de tout, avec toujours autant d’aplomb et sans que personne s’avise de remettre en cause globalement leur sérieux.

Un des principaux cités est l’économiste socialiste Thomas PIKETTY dont« le juste constat » est salué (p. 24) et que les media présentent comme un des inspirateurs de Marine LE PEN.

A la santé de Lénine

Comme souvent dans les écrits socialistes, les incantations se substituent aux démonstrations :

- sur la « dévaluation compétitive » (p. 10) : Il est même probable que les acteurs économiques récompenseront la France d’avoir le courage de se redonner les moyens de sa prospérité.

- Sur les (nombreuses) dépenses prévues sans aucune indication sur les moyens de les financer : la vraie réponse, structurelle, se situe au niveau de la ré-industrialisation de notre pays, et de la croissance retrouvée. (p. 30).

On croirait lire Lénine dans ses explications piteuses sur la motivation dans l’économie « socialiste ».

Entre propositions démagogiques et stigmatisation des autres, le « projet économique » adopte tous les caractères du genre. Illustration :

le Front National rétablira l’échelle mobile des salaires, c’est-à-dire l’indexation automatique des salaires sur la hausse des prix, qui existe dans un certain nombre de pays (la Belgique par exemple) (p. 20),

 - JPG - 39.6 ko

Sémantique martiale

Les 35 heures seront conservées (p. 29), même le Parti socialiste n’en est plus sûr…

La sémantique est martiale : Etat stratège, arme de l’impôt… Les mots ne sont pas neutres.

Les superprofits des grandes groupes du CAC 40 (p. 22) sont une injustice sociale effroyable (Ibid.), reprise en main du secteur de l’énergie par l’Etat stratège, aux dépens des directives européennes ultralibérales - lutte contre la spéculation internationale sur les produits de base via une négociation internationale et une régulation des contrats à terme. (p. 22) patrons voyous (p. 23) il faut enfin éradiquer les paradis fiscaux qui servent à loger des profits qui échappent à l’impôt (p. 23).

Superprofits, injustice sociale effroyable, ultralibéral, spéculation, régulation, patrons voyous, paradis fiscaux, profits qui échappent à l’impôt… Un florilège.

Le Front National est-il en train de doubler Monsieur MELENCHON par la gauche ?

Que nenni !

On est dans une posture typiquement néofasciste où la vacuité de la réflexion économique appliquant en miroir les théories socialo-communistes, non contradictoires avec une nostalgie corporatiste, conduit naturellement à camoufler cette vacuité derrière des propositions creuses adornées de coups de cymbales polémiques.

UN VRAI DANGER

Contrairement aux jérémiades passées d’une gauche mal informée ou intéressée, le FRONT NATIONAL de Jean-Marie LE PEN n’a jamais, jusqu’ici, constitué en France un danger politique.

Délibérément cantonné par son chef, aussi brillant que matois, dans un corner tribunicien où il posait des questions qui méritaient d’être posées et où il assurait au tout aussi brillant et matois Président MITTERRAND la pérennisation au pouvoir d’une gauche structurellement minoritaire, le FRONT NATIONAL d’alors était une composante loin d’être inutile et pas du tout menaçante de la vie politique française.

Comme le font entendre Caroline FOUREST et Fiametta VENNER dans leur remarquable biographie non autorisée de Marine LE PEN, la donne vient de changer.

Le FRONT NATIONAL d’aujourd’hui vise, sinon le pouvoir, du moins une participation au pouvoir. Marine LE PEN, comme le font ressortir ses biographes précitées, femme, avenante, médiatique, lisse, a la capacité de le conduire dans cette direction.

La dernière mue

Autant le projet d’économie de marché de Jean-Marie LE PEN s’accordait avec une fonction tribunicienne en rupture avec « l’établissement », profondément dirigiste, de ce pays, autant le ralliement de Marine LE PEN à l’économie dirigée, dans une forme nationale et socialiste, lui ouvre les portes de l’alliance avec les forces conservatrices à l’œuvre en France, lesquelles se trouvent « à droite » comme « à gauche », pour autant que cette distinction – on l’a vu avec le projet économique de Marine LE PEN – ait encore un sens.

Diverses forces sont à l’œuvre dans ce pays pour que les conséquences inéluctables de la crise – réduction de la dépense publique, fin du «  social-clientélisme », déconstruction du «  complexe étatico-économique » - n’en soient pas tirées.

Des convergences d’idées, et même de thèmes, existent avec la fraction la plus conservatrice de l’UMP, dite « Droite populaire », même si celle-ci, cosmétiquement, s’en défend. D’aucuns tentent, dès maintenant de construire des passerelles.

Avec son nouveau projet économique, le FRONT NATIONAL est en état d’offre d’agglomération à ces forces en leur proposant une « fuite en avant » néofasciste.

Ceux qui l’ont inspiré regardent l’avenir dans un rétroviseur et se souviennent que la dionée à croix gammée a poussé sur le fumier de la crise.

L’histoire ne se répète pas, mais c’est aussi grâce à la vigilance de la mémoire ; la sentinelle de l’esprit, disait Shakespeare.

Car, avec son nouveau projet économique, le FRONT NATIONAL de la médiatique Mar(x)ine LE PEN est devenu un vrai danger.

A lire ou relire sur Bakchich.info


Si si le FN a changé avec Marine. Le programme économique du Front National a été mis au diapason de ses idées. Et se dessine un projet authentiquement fasciste. Décryptage, première partie.
On connaissait le goût de l’effeuillage de son ex femme, désormais on sait que Jean Marie Le Pen aime aussi être à poil. De préférence sous le soleil grec : « comme j’étais seul, j’ai couru tout nu dans le stade d’Olympie. » De son ton traînard et exalté, (…)

Bakchich Hebdo publie les bonnes feuilles du livre de Pierrette Lalanne sur son ex-époux Jean-Marie Le Pen. Petits échantillons avant de vous ruer chez vos marchands de journaux.