Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Sot foot

Eperviers et éléphants

L’événement en Afrique comme dans tous les pays où règne ce sport mondialisé qu’est le football, c’est la préparation des équipes qualifiées pour la Coupe du monde en Allemagne. Chacun y va de son pronostic. L’Accra daily mail apporte un soutien enthousiaste à l’équipe du Ghana, et n’hésite pas à qualifier les joueurs nationaux de « Brésiliens de l’Afrique ». Fraternité info, le journal béninois, est moins convaincu de la force des Ghanéens et ironise dans son numéro du 29 mai sur ces « Brésiliens de l’Afrique » qui n’ont pas pu faire mieux que d’obtenir un match nul contre les Turcs. Fraternité info insiste lourdement sur le fait que les Turcs n’ont pas réussi à se qualifier pour l’Allemagne. Il faut dire que Fraternité info fait sur ce sujet plutôt dans l’insolent. Ainsi, le journal décrit par le menu le comportement de l’équipe togolaise, connue du continent sous le nom des « Éperviers du Togo ». Installés à Wangen, les Éperviers ont rédigé un cahier de doléances dont l’élément le plus clair et le plus tangible est une demande de prime supplémentaire de 155 000€ par joueur. A Lomé, on n’en revient pas. Après avoir hurlé au chantage et dénoncé le peu d’esprit patriotique de l’équipe, les autorités ont dépêché un négociateur pour faire entendre raison aux Éperviers. La facture finale serait de 4 milliards de francs CFA… Fraternité info se permet de conseiller aux dirigeants togolais de ne pas céder. Vu les prestations des Eperviers lors de la dernière Coupe Africaine des Nations (la CAN), le journaliste pense que cela ne vaut pas le coût…

À Abidjan la situation se présente mieux. Finalistes de la CAN face à l’Egypte, les Eléphants ont le soutien de tous, indépendamment des événements politiques. Et pour capitaliser ce soutien, le gouvernement a décidé de décorer les mères des joueurs. Fraternité matin rend compte du discours prononcé à cette occasion par le ministre des sports. On sent le grandiose, l’épopée n’est pas loin, et les courageuses mères sont remerciées pour avoir donné à la nation ses héros. Sauf que là encore, au Bénin, on fait dans l’ironie : les Eléphants ont difficilement fait match nul contre les Suisses…

Crépuscule des crapules

La chiraquie mourante ne suscite guère de sympathie dans les éditoriaux de la presse francophone. Fraternité matin voit dans l’affaire Clearstream et la mise en cause de Chirac, Villepin et Alliot-Marie la punition du destin. Ils paient dans cette affaire minable les crimes qu’ils ont commis contre le peuple ivoirien. On assiste dit le journal, au « crépuscule des crapules », qui expient le fait d’avoir « légitimé une horde de pillards et d’assassins ». Bref, on ne regrettera pas Chirac à Abidjan. On pouvait s’en douter…

Pas plus qu’à Brazzaville où dans un éditorial du 30 mai, Les dépêches de Brazzaville se déchaînent contre la politique des visas française. « Il faut être sourd aux rumeurs du monde pour ne pas voir que l’exaspération des Africains face à l’ostracisme dont ils sont victimes sous le fallacieux prétexte de la lutte contre l’immigration clandestine se mue peu à peu en opposition ouverte ». Le journal demande aux Français de réaliser que « les relations privilégiées que la France entretient avec l’Afrique valent à sa diplomatie d’être plus écoutée sur la scène internationale que beaucoup d’autres ». Cela fait longtemps manifestement que l’éditorialiste n’a pas couvert un sommet international d’envergure : il aurait pu mesurer la réalité de l’écoute par les autres pays de ce que raconte la diplomatie française après le passage de Villepin, Barnier et Douste au Quai…