Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Radars, machines à sous et à problèmes

Selon le député UMP Hervé Mariton, l’Etat a prévu de récolter l’an prochain 560 millions d’euros grâce aux amendes forfaitaires générées par les radars routiers. Cette manne, qui commence à bien rapporter, est cinq fois plus élevée qu’en 2004, année des premiers déploiements, une prouesse que le gouvernement ne crie pas sur les toits. Bakchich s’en charge…

L’installation de 500 nouveaux radars en 2008, en plus des 1850 effectivement en place fin 2007 (pour trouver leur emplacement, cliquez ici), va contribuer mécaniquement à l’augmentation des recettes fiscales.
Celles-ci doivent permettre de financer des travaux d’infrastructures routières (pour un montant de 226 millions d’euros), les communes (100 millions), la montée en puissance du réseau des radars (qui coûte 192 millions d’euros, avec 500 nouveaux par an prévus d’ici 2012) et la mise en place progressive à partir de 2010 d’un nouveau fichier national du permis de conduire, doté notamment d’un permis à points européen au format de carte à puce.

Un gros problème, cependant, continue de miner le moral des autorités, qui ne s’en vantent guère : seulement la moitié des infractions constatées donne lieu à l’envoi d’une contravention aux automobilistes à une adresse en France, contre un objectif annoncé de 70% ! Les problèmes d’identification ne concernent pas que les voitures immatriculées à l’étranger, difficiles à localiser, mais 40% des voitures en infraction immatriculées en France… Les photos sont-elles trop floues ?