Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Sarko à Damas : Bachar Al-Assad soutient Moscou dans le dossier géorgien

Dépêché en Syrie le 25 août pour préparer la visite que Nicolas Sarkozy entame aujourd’hui à Damas, Bernard Kouchner avait encore dû mouiller sa chemise pour arracher in extremis au Président Bachar Al-Assad la bonne nouvelle : la reprise des relations diplomatiques avec le Liban, qui commençait à tarder, sera bien concrétisée d’ici à la « fin 2008 ». Fort de cette « preuve » que le dialogue « nécessaire » avec la Syrie sait produire des résultats, Nicolas Sarkozy, soulagé, a pu défendre le lendemain devant les Ambassadeurs français réunis à Paris le rapprochement franco-syrien et annoncer les dates de sa visite. Celle-ci s’inscrit dans la continuité de celle du Président syrien à Paris, le 13 juillet dernier. Le cercle vertueux de la « rédemption » appliqué à la Libye puis maintenant à la Syrie, commençant à porter ses fruits, s’est-il félicité, la France a raison de continuer à soutenir la Syrie dans ses efforts pour retrouver toute sa place dans la communauté internationale. Et assumer sa politique de la main tendue, certes « plus risquée, mais plus prometteuse ».

Sarko pas aidé, ni en Russie, ni en Syrie - JPG - 31.2 ko
Sarko pas aidé, ni en Russie, ni en Syrie
© Khalid

Sarko emmène des proches d’Hariri commercer avec Damas

Les poids lourds du CAC 40 ne sont pas mécontents. Peu importe si l’Union pour la Méditerranée (UPM) retombe comme un soufflé dans quelques mois. A leurs yeux, en lançant l’UPM le 14 juillet dernier, Nicolas Sarkozy a eu le mérite de renouer les relations avec la Syrie de Bachar Al-Assad. Et de remettre accessoirement les boîtes françaises sur le chemin de Damas.
Signe d’un climat propice aux affaires, un membre de l’ambassade de Syrie à Paris arpentait d’ailleurs les travées de l’université d’été du Medef à Palaiseau, juste avant le déplacement officiel de Sarkozy en Syrie les 3 et 4 septembre. « Ce n’est pas un voyage économique, c’est une visite politique » : répété en chœur par la diplomatie française et son homologue syrienne, ce leitmotiv paraît donc tout relatif. Histoire peut-être de ne pas froisser les autres Etats européens…

Car sous sa casquette de président du Conseil européen, qui recouvre celle de chef d’Etat français, Nicolas Sarkozy en a caché une troisième. Celle de VRP 100 % hexagonal. Même si l’Elysée prévient qu’il y aura peu de contrats à ramasser, le président emmène tout de même une poignée de grands patrons tricolores. Comme celui de Total, Christophe de Margerie, « le seul de tous ceux du CAC 40 que Laurence Parisot, la présidente du Medef traite comme un ministre », note avec amusement un observateur avisé. Le pétrolier moustachu devrait user de son charme à Damas pour obtenir l’extension après 2011 du permis d’extraire du brut dans l’est de la Syrie (29 000 barils par jour actuellement).

Si Anne Lauvergeon n’est pas mentionnée parmi les participantes, Areva espère toujours aboutir à des projets de nucléaire civil en Syrie. Parmi les boîtes qui visent des contrats à plus ou moins long terme, on trouve Vinci ( pour moderniser l’aéroport de Damas), Lafarge (qui négocie la construction de deux cimenteries), voire EADS/Airbus à en croire Reuters. Le hic, souligne l’agence de presse, c’est que Washington, avec qui EADS négocie le contrat géant d’avions ravitailleurs risque de se fâcher. Les Etats-Unis ont en effet interdit l’exportation vers la Syrie d’un certain nombre de marchandises.

La délégation sarkozienne réserve aussi une vraie sensation. Non pas parce qu’elle compte dans ses rangs un chiraquien pur sucre en la personne de Jacques Saadé, président de CMA-CGM, devenu le troisième armateur mondial pour les conteneurs. Mais plutôt parce que ce franco-libanais – dont la holding familiale est basée à Beyrouth – est un proche, tout comme Chirac, de la famille Hariri. Inutile de rappeler que la Syrie est soupçonnée d’avoir fait assassiner en 2005 le Premier ministre libanais Rafic Hariri… Mais l’heure serait aux grandes réconciliations au nom du business. Dans ce qui a filtré officiellement, Saadé espère implanter des activités sur le port syrien de Lattaquieh.

Toujours dans les transports, un projet pourrait faire surface au bénéfice, (qui sait ?) des bétépistes (du BTP) tricolores et d’Alstom, entreprise chouchou de Sarkozy. Le régime d’Al-Assad caresse en effet l’idée d’un métro à Damas…

Bon début, l’an passé, une boîte d’ingénierie française, filiale de la SNCF et de la RATP, a d’ailleurs obtenu de mener des études en partenariat avec un bureau d’études libanais. Objectif : déterminer le tracé de la future ligne « verte », signe qu’il pourrait y en avoir par la suite une rouge, une bleue…
En espérant, si la diplomatie française fait des trésors, qu’il s’agisse de projets que les Américains ou les Chinois n’auront pas…

L’auditoire du jour n’est pas dupe. Des promesses pour demain, il retient surtout le risque du moment. Car Nicolas Sarkozy s’est bien gardé d’évoquer ce que tous les représentants de la diplomatie française ont dans la tête en l’écoutant : l’entrée fracassante de la Syrie sur le dossier géorgien, qui risque bien de plomber les fameuses « nouvelles avancées » de la Syrie vantées par Nicolas Sarkozy et qu’il est censé valider à Damas.

Syrie rime avec Russie

Au grand dam des pays occidentaux — et de la France qui assure la Présidence européenne — la Syrie de Bachar a décidé, (quasi) seule contre tous, de se ranger du côté de la Russie et soutenu ses opérations militaires massives sur le territoire de son voisin. En visite à Moscou le 21 août, le Président syrien a en effet qualifié l’offensive de « réponse à la provocation géorgienne » sur l’Ossétie du Sud et fustigé les réactions occidentales visant à « isoler la Russie ». Allant même jusqu’à établir un parallèle entre l’attitude de Moscou envers la Géorgie à celle de Damas à l’égard du Liban ! Très en forme, l’ami Bachar a même évoqué le rôle bénéfique que Moscou peut aujourd’hui jouer pour « contrer l’occident et l’influence israélienne au Moyen Orient », dénonçant la main américaine et le soutien opérationnel apporté par Israël à la Géorgie dans cette opération.

Israël mon amour

Pour enfoncer le clou, surfant sur l’implication de son ennemi historique, Israël dans un complot visant son ami de toujours, la Russie, Bachar a demandé au Président Dimitri Medvedev de fournir à son pays des missiles nouveau modèle de défense anti-aérienne capables notamment de contrer les survols israéliens intempestifs sur son territoire…. De quoi faire bondir les Israéliens, qui ont encore en travers de la gorge les missiles russes antichars achetés par la Syrie mais envoyés par le Hezbollah sur leurs blindés pendant la guerre au Liban à l’été 2006…

Très fâché, Tel Aviv vient de décider de suspendre « temporairement » les négociations officiellement engagées avec la Syrie via la Turquie, où devait se tenir le 4 septembre une nouvelle rencontre dans ce cadre. Pas sympa pour Nicolas Sarkozy, qui se flattait en juillet dernier d’avoir pu obtenir de la Syrie la promesse d’un co-parrainage de la France aux côtés des Etats-Unis, pour de futures négociations israélo-syriennes directes à venir… Encore une autre nouvelle « avancée » que les Présidents syriens, turcs et français, et l’incontournable Emir du Qatar réunis en sommet ce 4 septembre auront à confirmer à Damas.

Avec les Européens qui l’attendent au tournant sur le dossier russe, et une partie de la classe politique française sur son coup de cœur syrien, Nicolas Sarkozy va devoir lui aussi mouiller la chemise. L’ami Bachar est décidément difficile à gérer…

À lire ou relire sur Bakchich.info


Un voyage politique, pas un voyage d’affaires, qu’ils disent à Paris et à Damas. Il n’empêche que Sarko emmène avec lui en Syrie, les 3 et 4 septembre, quelques grands patrons, comme celui de Total. Sensation, un proche de la famille Hariri figure (…)

Comme pour l’Irak, on peut malheureusement apercevoir la main des Etats-Unis derrière la guerre en Géorgie. Et là encore ce sont des considérations énergétiques qui priment.
Le chef de l’Etat a bien l’intention de frapper un coup diplomatico-médiatique ce week-end lors du sommet de l’Union pour la Méditerranée. Il rêve que Bachar el-Assad, le président syrien qui arrive samedi en France, annonce à Paris l’ouverture (…)
Alors que Sarkozy se prépare à recevoir en grandes pompes le président Bachar El Assad le 14 juillet prochain à Paris, ce documentaire signé Amal Hamelin des Essarts a tenu sa promesse : comprendre mieux un pays sans gaz ni pétrole dont « la richesse (…)

Alors que Bachar el-Assad est attendu à l’Elysée samedi, « Bakchich » a exhumé une savoureuse vidéo du temps de Hafez el-Assad, le papa de Bachar, où l’on découvre les charmes du folklore syrien. Au menu, amazones locales croquant des serpents vivant à (…)