Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Un Gabon en pleine rupture

Y a de la rupture dans l’air au Gabon. Et c’est un spécialiste qui le dit dans Le Parisien du 1er septembre. Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la Coopération initié aux mystères africains par Robert Bourgi, vétéran de la Françafrique et insatiable missi dominici entre les palais africains et l’Elysée. Le nouveau président gabonais « devra exercer un mandat de rupture ». De l’humour sans doute de la part d’un ministre du président de la rupture, Nicolas Sarkozy

Mais à croire que les Gabonais ont ces derniers temps perdu leur sens de la dérision. Trop de changements en si peu de temps !

Habitués 41 ans durant à se lever sous la présidence d’Omar Bongo, ils ont dû composer avec son absence depuis le 11 juin dernier. Tout comme la France, dont le « mollah Omar » savait si bien garder les secrets.

Et ont craint comme elle, le scrutin présidentiel du 30 août. Une élection à tout point étonnant pour un pays d’1,5 million d’habitants. 800 000 électeurs, 23 candidats déclarés dont six qui se désistent durant le week-end électoral. Pour finalement se réveiller mardi 1er septembre au matin avec pas moins de 3 présidents auto-proclamés élus, et toujours une présidente intérimaire.

Le fantôme de 1993

Un record de chefs d’Etats dont peu se réjouissent. De Libreville à Franceville en passant par Port-Gentil, ressurgit un lointain souvenir. 1993, annus horribilis et traumatisme latent pour tout le pays. A ce seul moment, le Bongoland a vacillé et tutoyé la guerre civile. Les ingrédients ? Une élection présidentielle contestée et deux hommes qui revendiquent la victoire. A l’époque Paul Mba Abessole et Omar Bongo. Seuls les accords de Paris en 1994 et la malice de feu Bongo avaient évité au pays de se déchirer. Avec, bien entendu, le concours de l’armée et de la France pour maintenir l’ami Omar au pouvoir.

16 ans après, la recette se révèle encore plus pimentée. André Mba Obame, ami de 20 ans d’Ali Bongo et ex-ministre de l’Intérieur, et Pierre Mamboundou, opposant historique, revendiquent le trône suprême.

Ali Bongo, l’héritier d’Omar - JPG - 34.2 ko
Ali Bongo, l’héritier d’Omar
© Oliv’

Ali Bongo, fils de son père, également. En s’appuyant sur la machinerie du PDG, l’ancien parti unique. Mais « sans avoir le savoir-faire politique de son père, ni même de sa soeur Pascaline », regrette une vieille barbouze des palais africains, assez pessimiste sur l’issue du vote, dont les résultats doivent être annoncés le 2 septembre au soir.

Le son de cloche diffère à peine dans le premier cercle de André Mba Obame (AMO). « Ali va passer en force », soupire l’un de ses proches à l’oreille de Bakchich. « Les résultats qu’il a obtenus dans certaines régions comme le Haut Ogooué sont tout bonnement impossibles. Il aurait eu 52 000 voix sur 57 000 votants ».

L’armée veille, Ali aussi

Des connaisseurs. Ancien ministre de l’Intérieur, AMO connaît parfaitement la machinerie électorale et ses ratés très calibrés…

Seul le clan Bongo reste de marbre face à la situation. « Ali fait autour de 51 à 53 % dans l’ensemble du pays. Sa victoire n’est pas contestable, prédit un proche de l’héritier désigné du clan. Mais bien entendu les opposants vont envoyer leurs faux-chiffres en France pour faire du bruit ».

Heureusement, au Gabon, l’armée veille. Déjà soigneusement déployée dans Libreville. Et nettoyée de ses mauvaises têtes en novembre dernier par l’alors ministre de la Défense, Ali Bongo.

« Il a eu 72h pour rectifier le tir, il met en place le tout sécuritaire, décrit une barbouze de la place. Les mois qui vont suivre seront agités socialement… »

Une jolie rupture pour un pays stable depuis les indépendances…

A lire ou relire sur Bakchich.info


1,5 millions d’habitants, un peu plus de 800 000 inscrits sur les listes électorales, un scrutin présidentiel à un tour, 23 candidats dont 4 barons issus du parti ultra dominant… et un fils de feu le chef (…)

Bakchich publie un document confidentiel du groupe Elf, signé par l’ancien patron des services français, Maurice Robert, qui confirme l’aide d’Omar Bongo à Chirac. Et cela dès 1977.

Quand Omar Bongo, le doyen des chefs d’Etat africains, s’éteint, c’est un « ami » de la France qui disparaît. Retour sur plus de 40 ans de relations amoureuses franco-gabonaises.

Les 30 jours de deuil national annoncés au Gabon après la mort du président Bongo risquent d’être animés…par la guerre de succession. Son ministre de la Défense de fils, Ali, a déjà fermé les frontières du (…)

Omar Bongo, le si sympathique président gabonais adore, depuis toujours la politique française, comme l’atteste un document que Bakchich a déterré. Et les hommes politiques français le lui rendent bien, depuis (…)

La guerre de succession du Président Omar Bongo se poursuit entre son gendre, son fils et sa fille. Une course-poursuite entre Paris, Libreville et Rabat.

Plainte judiciaire, passage en urgence à l’hôpital, guerre de succession… Le président du Gabon, Omar Bongo, vit une difficile fin d’année. Prémisses de fin de règne ?