Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Qualité des eaux de baignade européennes : la France boit la tasse

 

 

L'agence européenne de l'environnement a plongé dans les eaux européennes. Et n'en est pas ressortie rafraîchie.

 

 

Les beaux jours approchant, il s’agit de ne pas de se planter sur le choix de notre destination de vacances cet été.

 

Pour nous aider, l’Agence Européenne de l’Environnement (AEE) forte de ses 32 membres actifs, vient donc de publier le 23 mai 2012, son rapport sur la qualité des eaux de baignade européennes en 2011 (cf. Rapport AEE n° 3/2012 : « qualité des eaux de baignade européennes en 2011 »). Un palmarès très instructif…

 

Le rapport présente une vue globale de la qualité des eaux observée au cours de la saison balnéaire 2011. Diversité géographique oblige, ce sont plus de 22 000 sites européens de baignade, aussi bien en eaux côtières (15 525) qu’en eaux intérieures (6 849) qui ont été examinés.

 

Dans la première catégorie, c’est l’Italie qui offre, et de loin, le plus grand nombre de lieux de baignade, devant la Grèce, la France, l’Espagne et le Danemark. Dans la deuxième par contre, l’Allemagne présente l’offre la plus large, devant la France, l’Italie, les Pays-Bas et la Suisse.

 

 

60% des eaux françaises conformes

 

Globalement, le constat est assez affligeant pour la première destination touristique mondiale. En 2011 la France s’est en effet placée au 24ème rang européen sur 31, avec seulement 60,8% de ses sites de baignade présentant une eau « conforme aux valeurs guide ou d’excellente qualité ». De quoi nous rappeler les heures les plus sombres de baignades en Méditerranée, où flottait à la surface de l’eau des couches et des protections hygiéniques.( histoire vécue)..Bon appétit bien sur.

 

Un chiffre qui ne fait aussi que confirmer l’émotion suscitée dans l’opinion par la découverte en juillet 2011, de 28 cadavres d’animaux éparpillés dans l’embouchure de l’estuaire du Gouessant et en amont, sur la commune de Morieux. 

 

 

En Bretagne, la prolifération d’algues vertes dues aux concentrations élevées de nitrate d’origine agricole dans les eaux est régulièrement mise en cause. 

 

L’étude conduite par l’INERIS au cours de l’été 2009 à la demande du Secrétariat d’Etat à l’Ecologie sur la plage de Saint Michel en Grève a confirmé de manière indiscutable que les tonnes d’algues en décomposition émettaient de l’hydrogène sulfurée à haute dose, de quoi gâcher un peu la baignade dans ces charmantes contrées…

 

Le décès pendant l’été 2009 d’un cheval et d’un employé chargé du ramassage des algues vertes avait incité les pouvoirs publics à lancer un plan de lutte contre leur prolifération…dont on ne sait vraiment ce qu’il est advenu.

 

Même dans le domaine de la baignade, l’exaspérante comparaison avec notre voisine allemande, puissance industrielle dont les eaux sont nécessairement polluées dans l’imaginaire collectif, est douloureuse :   au 5ème rang du classement toutes catégories, 87,8% des baignades allemandes présentent une eau conforme aux valeurs guide ou d’excellente qualité. 

 

La Grèce, triple A pour ses plages

 

Si l’on s’en tient aux eaux intérieures, le constat fait encore plus mal : 20ème avec 54,1% de ses baignades en rivières et en lacs d’excellente qualité, l’hexagone boit la tasse face au voisin germain qui occupe la 2ème marche du podium avec 90,2%…

 

Depuis 2010, les états membres de l’Union Européenne ont adopté un programme de surveillance, conforme à la directive n° 2006/7/CE sur les eaux de baignade. La Suisse ferait bien de s’en inspirer : grande Loseuse du classement européen, elle ne peut offrir à ses visiteurs que 37,2% de lieux de baignade présentant une eau d’excellente qualité alors qu’elle se situe au 5ème rang européen pour le nombre total de lieux de baignade en eaux intérieures.

 

A poil économiquement, nos amis grecs peuvent au moins se baigner dans le plus simple appareil : 94,1% de leurs baignades offrent une eau d’excellente qualité. Satisfaction supplémentaire, ils prennent (au moins dans ce domaine) leur revanche sur l’Allemagne qu’ils précèdent d’une courte tête (respectivement 4ème et 5ème).

 

Avant de se décider pour son lieu de baignade estival, on peut aussi utiliser l’application « WISE » (Water Information System for Europe) consacrée aux eaux de baignade, accessible sur le site Internet de l’AEE. Elle permet de checker la qualité des eaux de baignade des 22 374 sites répertoriés dans le rapport de l’AEE ; dans le doute, Chypre, Malte et la Croatie feront l’affaire. Elles occupent dans cet ordre les 3 premières places du classement et offrent respectivement 99,1% et 97,7% ex aequo de lieux de baignade avec une eau d’excellente qualité. 

 

Vous avez aimé cet article ? Soutenez Bakchich !