Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Attali et son hormone de croissance

Trahi par les médias, vilipendé par les taxis, honni des parlementaires, ce malheureux Jacques Attali plaidait sa cause vendredi soir chez Guillaume Durand (« Esprits libres », 22 H 35). « L’opinion s’est focalisée sur les taxis et leurs licences la même semaine où on apprenait que notre déficit commercial avoisinait les 40 milliards. Quel est le plus important ? » s’indignait-il.

A 64 ans, toujours en forme, œil vif, parole claire, l’ex-conseiller de Mitterrand est toujours sous les projecteurs, au centre de la piste, même si c’est pour se prendre des œufs pourris. Pas découragé par le mauvais accueil réservé à ses 314 propositions, le nouveau sherpa de Sarkozy annonça une campagne en direction de la France profonde pour expliquer le bien-fondé de ses propositions.

Sa philosophie : « Voilà 20 ans que ce pays dort… la pauvreté est un scandale, la richesse ne l’est pas ». On lui souhaite bien du plaisir pour cette tournée en province. N’est-ce pas aller au casse pipe, Jacques ? Le piège, c’est d’avoir accepté le cadeau de Sarkozy, « un ami » (« même si j’ai voté Ségolène »).

L’opinion en a visiblement marre de ces amitiés-là qui brouillent le débat politique. En tant qu’ami, Attali peut accepter des cadeaux, mais en tant qu’opposant, il devrait refuser les cadeaux politiques. Il habite Neuilly, - ce n’est pas de sa faute - il a eu pour maire, pour voisin, pour convive Sarkozy. C’est la tragédie d’Attali et elle n’est pas signée Jean Racine.

Depuis le départ, sa commission est viciée par un air de voisinage et de copinage. Tous se sentent floués : les électeurs de gauche, les électeurs de droite et les élus parlementaires des deux bords. C’est quoi ce mec qui prétend que son rapport devra être appliqué intégralement ? On croyait que les commissions n’avaient qu’un rôle consultatif.

Ce fut d’ailleurs la question essentielle que Guillaume Durand oublia de lui poser : « Quelle mouche vous a piqué, Jacques Attali, pour vous autoproclamer vice-premier ministre doté de pouvoirs de décision et pour exiger que votre rapport soit appliqué en bloc ? ». Cette incroyable prétention de « l’ami » Attali ont rendu ses 314 propositions inaudibles, illisibles, inacceptables. En bloc.

Pour sa tournée d’explication, on lui recommande le gilet pare-balles. Il va se prendre en pleine poire le syndrome antimonarchique. En 1793, Attali aurait eu les sans-culottes devant son immeuble de Neuilly… Mais pourquoi s’est-il embarqué dans la diligence du souverain ?

Attali, c’est l’histoire du type qui part pour libérer la France et s’aperçoit qu’il est monté avec le roi, la reine et le dauphin en direction de… Varennes. Moi je vous dis que tout ça va mal tourner !