Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

L'hôpital anglais dans la marmelade

Les inégalités entre les patients brûlent en Angleterre. A priori tout malade, et peu importe sa nationalité, peut se faire soigner sur le territoire du Royaume-Uni. C’est un droit. Ou plutôt, c’était un droit !

Désormais, passés un certain âge, les patients sont suspectés de coûter cher au système. Alors, une fois atteint le troisième âge, les discriminations s’accentuent et s’abattent sur cette population, pourtant nécessitant bon nombre de soins.

Avec des médicaments disponibles dans les épiceries et des délais d’attente incroyables chez les spécialistes, certains patients seraient-ils contraints de se passer de médecins ? Tout dépend si l’on détient de l’or, le prix d’une bonne santé, sans quoi l’automédication prime !

Malgré tout, les antennes des services nationaux de la santé (National Health Service) et les hôpitaux - le "tout-gratuit" - tentent de faire face…

Le 4 septembre dernier, le quotidien The Guardian publiait une caricature dessinée par Steve Bell représentant un bourreau, posté dans un bloc opératoire. Une hache gigantesque dans la main gauche et le poing droit serré sur la hanche, prêt à décapiter sur un socle, en guise de lit d’hôpital. Sur son t-shirt était écrit en rouge « Pour perdre du poids, demande-moi maintenant ».

L’humour noir, typiquement britannique, a de quoi sévir.


Lire ou relire sur Bakchich.info :


Après l’interview de Daniel Carton (voir vidéo ci-contre), Bakchich poursuit son tour du monde de la Grippe A. Outre-Manche, les Britanniques ont trouvé leur potion magique pour éviter la psychose : le (…)