Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Delanoë et la manne des contrats précaires

Le socialiste Bertrand Delanoë n’est plus à une contradiction près. Après les petits arrangements avec Jacques Chirac pour les emplois fictifs, avec Arnaud Lagardère pour le stade Jean-Bouin, EDF et son parc immobilier ; la ville de Paris, dirigée depuis neuf ans par le PS, s’est fait épingler sur sa gestion des gros salaires par la Chambre Régionale des Comptes d’Ile de France.

Primes en hausse, cabinets en sur-effectif, Postes de chargé de mission non autorisés par le Conseil de Paris… Les hauts postes municipaux ont la belle vie. A l’inverse, les bas salaires grincent des dents. Déjà en décembre dernier, ils avaient manifesté devant l’hôtel de ville pour alerter les Parisiens de leur précarité et faire pression sur la mairie. Appel en vain.

Nous avons rencontré la déléguée Sud à la ville de Paris, cette employée de mairie constate que l’équipe Delanoë utilise et abuse de plus en plus des contrats précaires. « 1800 personnes en font les frais en 2010 et rares sont ceux qui bénéficient par la suite d’un CDD ou d’un CDI. ».

Ces contrats, payés par l’Etat, permettent à nombre de mairies, dont Paris, de bénéficier d’une main-d’œuvre gratuite ou presque. Initialement ces contrats ont été créés pour venir en aide à des personnes rencontrant des difficultés à l’emploi et à l’insertion sociale (anciens détenus, alcooliques…) mais aujourd’hui, le contrat le plus utilisé, le Contrat Unique d’Insertion (CUI), déborde de son cadre initial et « s’adresse de plus en plus au tout venant » nous informe Sud.

Activé en 2010, le Contrat unique d’insertion remplace à la fois les Contrats d’avenir (CA) et les Contrats d’aide à l’emploi (CAE). De 2008 à 2009, dans les différents services de la ville de Paris, les Contrats avenir avaient augmenté de 21%, les Contrats d’aide à l’emploi de 14,5%.

Quant aux Services civiques volontaires (SCV), on en dénombrait seulement 25 en 2008, et 300 en 2010. Dans le même temps, ces SCV ont subi une baisse de leur indemnité, passant de 600 euros en 2009 à 440 euros. « Victimes de leur succès » ironise la jeune syndiquée.


emploiprécaire1bis
envoyé par bakchichinfo. - L'actualité du moment en vidéo.

Faire le plein d’emplois aidés pourrait partir d’un bon sentiment mais si on ne les encadre pas, l’élan solidaire devient exploitation. Sud développe : « Aujourd’hui, à la ville de Paris, seulement 6 personnes encadrent les CUI (Contrat Unique d’Insertion), dont 2 et c’est un comble… qui sont eux-mêmes des CUI ! Alors on arrive à des situations intenables où un cadre de la ville de Paris qui a sous ses ordres des travailleurs en contrat précaire fait des heures supplémentaires pour l’aider, sans contrepartie financière. Beaucoup perdent patience et délaissent, c’est compréhensible, ces employés précaires. En même temps, c’est à la ville d’appliquer des mesures nécessaires pour l’encadrement. »

Ces contrats devraient être une véritable chance pour les employés, un tremplin pour reprendre une vie active. Mais encore faut-il en respecter toutes les clauses. Sud indique que les CUI ont droit à trois demi-journées de formation par semaine. La mairie informerait mal ses salariés et n’encouragerait pas ses salariés à se former.


Delanoë et la manne des contrats précaires 2B
envoyé par bakchichinfo. - L'info internationale vidéo.

Outre la formation, le CUI est renouvelé tous les six mois et dure au maximum deux ans. Sud demande un allongement du CUI sur au mois trois ans et qui permettrait d’acquérir une équivalence ayant force de diplôme. Ce qu’on appelle une VAE, une Validation des Acquis de l’Expérience. Encore une fois, répète « Sud, rien n’est fait pour solidifier l’expérience du travailleur précaire. Et il en va de la responsabilité de nos gouvernants de changer la donne.
 »

Faites ce que je dis, pas ce que je fais

En ces temps de réforme des retraites, l’opposition a soulevé les inégalités qui pèsent sur les travailleurs en temps partiel, sur l’inégalité homme-femme. Repousser l’âge de la retraite revient à pénaliser davantage ces travailleurs et travailleuses qui souffrent de la crise de l’emploi. A la mairie de Paris, on peut difficilement montrer l’exemple, les contrats à temps partiel ont augmenté de 3,4% par an et les femmes représentent les 2/3 des agents non titulaires de droit public.


Delanoë et la manne des contrats précaires 3B
envoyé par bakchichinfo. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Bakchich a contacté par trois fois le service de presse de la mairie, par téléphone et par mail mais n’a reçu aucune réponse ni aucune précision.