Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Le chiisme, l’autre islam

Un essai, l’air de rien, telle est la solution. Vali Nasr natif de Téhéran est spécialiste de l’Iran et de la question chiite. Docteur en sciences politiques, il écrit aussi pour le New York Times ou le Time.
Surtout ne pas se fier à la couverture et au titre qui annoncent peut être un ouvrage rébarbatif, la somnolence et l’indigestion, à l’affût, au détour de la dixième page.
Il n’en est rien. À la grande surprise, le livre se révèle être un véritable roman. On ne prétend pas ici le résumer à travers une critique qui serait prétentieuse et, pour le coup, certainement assommante, on dira juste, lisez-le !

Le premier pas de l’histoire, consiste à retracer les origines du chiisme, comment sunnisme et chiisme sont tout deux nés de l’Islam, et comment au fil des siècles, leurs divergences se sont cristallisées. Crimes, grandes batailles, invasions, colonisations, le lecteur pénètre au plus profond de l’histoire du monde musulman.
Trimballé entre Kerbala, Ispahan, Lahore, ou encore Kabul, on lit la genèse et l’évolution du chiisme, à perdre haleine.
On saisit comment une religion, telle un fleuve, se nourrit d’autres courants (par exemple le soufisme), modifie son trajet, diminue ou augmente son flux, au gré des intempéries de l’Histoire. Pour former aujourd’hui une communauté importante, plus de 150 millions de fidèles, et surtout déterminante pour l’avenir du Moyen-Orient.
Vali Nasr reprend les moments marquants du chiisme, la naissance de l’Irak, l’ère de l’Ayatollah Khomenei, la consolidation de l’Iran, les luttes intestines entre religieux politiques, les rivalités entre les pays. Rien ne manque.

« Le renouveau chiite » de Vali Nasr, traduit de l’Américain par Marie-France de Paloméra - JPG - 9.5 ko
« Le renouveau chiite » de Vali Nasr, traduit de l’Américain par Marie-France de Paloméra
©Editions Demopolis

C’est avec une plume simple et élancée, une rigueur qui se veut proche de l’objectivité que l’auteur dessine progressivement le paysage du Moyen-Orient actuel. Ses relations avec les autres communautés, celle des États-Unis ou d’Israël, mais aussi celle des fanatiques religieux.
On voit enfin un peu plus clair dans ce paysage, à travers les conflits identitaires et confessionnels, et les rivalités politico-économiques.

Sans appel, Vali Nasr affirme le caractère inévitable des violences qui secouent ce monde. Et s’il faut retenir un acquis important de cet essai, conclusion maintes fois répétée, c’est bien que « aussi longtemps que planera sur lui [le Moyen-Orient] l’ombre du conflit confessionnel, le futur de la région ne sera pas plus éclatant que son passé. » [1]

Certainement, l’ouvrage de Nasr divisera, mais toute tentative de compréhension du monde de l’Islam actuel ne pourra faire l’économie de sa lecture.