Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Les boutons bourgeonnent en prison

On a beau, chaque matin, se lever en décidant de vivre une journée intelligente, ça ne marche jamais. Arrive l’heure de lire « L’Equipe », celle de Jean-Pierre Pernault n’est pas loin et c’est fichu, vous avez foutu un jour de plus en l’air. Bertrand Rothé, même s’il fait beaucoup de vélo, ce qui lui donne un petit côté Fottorino , est un type qui ne gâche pas sa vie. Un exemple, après avoir obtenu un CAP de cuisinier, il a enchaîné avec une agrégation d’économie, ce qui lui permet de faire sa soupe tout en comptant les sous du ménage. Ce garçon donc a des idées.

De boutons bouts

La dernière, bonne, c’est d’avoir réécrit La Guerre des boutons, le livre de Louis Pergaud publié en 1912. Quand je dis « réécrit », c’est une bêtise, en réalité Rothé a pris le scénario de Pergaud, une bande d’ados ou préados fait des conneries et comment les adultes font face à cette « violence », cette « déviance » ; puis aidé par des magistrats, sociologues et éducateurs, il a transposé la racaille Lebrac et son Petit Gibus dans le monde qui est le nôtre. Une idée parfaite pour couper les ailes de l’idéologie. Vous savez ce que vous entendez dans les micros des écrans plats, avec des « criminologues » qui soufflent sur les tisons : « le terrible fléau qu’est notre jeunesse délinquante. La violence quotidienne… ». Pour faire court, notre agrégé nous montre par une démonstration imparable, quoique plaisante et rigolote, que le monde des adultes a perdu sa capacité à intégrer sa jeunesse, trouvant plus simple de la vouer au karcher. D’ailleurs, pourquoi faire de la place à ces jeunes de 20 ans - et qui ne croient pas que c’est le plus bel âge de la vie - alors que nous avons décidé de rester jeunes jusqu’à la mort… Ainsi donc, du commissariat au tribunal, le bouillant Lebrac qui, pour avoir sévèrement traité à coups de badines les fesses d’un « ennemi » ne relavait que du coup de pied au cul dans le bouquin de Pergaud, va prendre versus 2009, de la prison avec sursis. Et ajouter son nom à ceux des 70 000 mineurs condamnés l’an dernier.

 - JPG - 13.3 ko

Rothé, dont on n’a pas entendu dire qu’il dirigeât en douce les avatars du monde, est donc aidé par la chance puisqu’en arrêtant régulièrement des délinquants de 8 ans, chopés à la sortie des écoles, les hommes de MAM viennent donner raison au contenu de son bouquin. Ce qui relevait de la négociation entre voisins, entre instituteurs et relevait de la paire de baffes, de la mutualisation des conflits du quotidien, file maintenant vers les salles de garde à vue et les bancs des tribunaux ! Entre un Madoff et un petit Léon voleur de tricycle, nos pandores savent où est l’urgence, qui d’abord arrêter. Le président Sarkozy s’étant penché sur la « prédélinquance » des enfants de 3 ans, à 8 ans un petit démerdard ne peut-il pas être Mesrine !

Case prison

Au Moyen-Age, chaque matin sur le pavé de Paris, les hommes du guet relevaient 7 ou 8 cadavres de gens trucidés dans le noir. Puis les banlieues ont connu les bandes « d’Apaches », et les « Blousons noirs ». Et notre charmante police a perdu l’habitude de tirer sur les manifestants, fussent-ils de « l’ultra gauche » : la violence n’est donc plus ce qu’elle était, sauf sur TF1. Le livre de Rothé, Lebrac, trois mois de prison, décrit la machine à punir qui s’est mise en marche, comme celle de « la Colonie pénitencière », politique qui tourne le dos aux vertus d’une société jadis capable d’intégrer sans pluies de heurts les 400 coups de sa jeunesse. L’auteur nous lance dans le toboggan, aux côtés de Lebrac : des coups de badine à la prison. En bon cycliste, Rothé ne loupe aucune étape de ce qui fait d’un gamin un repris de justice.

La postface de Laurent Bonelli, sociologue et journaliste au Monde Diplomatique, est un texte à la hauteur de l’entreprise. Souvent dans ce genre de lignes enveloppant l’ouvrage comme le papier sulfurisé l’éclair au chocolat, l’ami de l’auteur dit tout le bien qu’il pense de lui-même. Pas de ça autour de l’affaire Lebrac, seulement des idées fortes comme des Turcs. Comment le monde ouvrier, passé au laminoir du profit, peut-il reprendre en main ses gosses et les remettre en marche sur un chemin dont il a lui-même même perdu l’usage ? Qui parle encore d’une « fierté ouvrière » capable de transmettre une fierté adolescente, une culture ? Comment s’étonner de la violence de jeunes, auxquels on avait fait croire, par le biais d’un statut de lycéen, à « l’égalité des chances via l’école » et qui se rendent compte que d’autres étaient plus égaux qu’eux.

Laurent Bonelli nous fait aussi la grâce de nous remettre en mémoire la réforme majeure mise naguère en place par la si socialiste et blonde Elisabeth Guigou : le « Traitement en temps réel de la délinquance ». Ainsi, je l’ignorais, mais il y a dans des soupentes de Palais de justice des cohortes de magistrats équipés de casque téléphoniques identiques à ceux des esclaves des « hot lines » qui, à distance, administrent la justice en guidant la démarche de doux policiers faisant face à des Lebrac.
Albanel venant de racheter les archives de Guy Debord, vous ne pouvez être en reste : achetez ce Lebrac, trois mois de prison. Sinon, la Cour vous condamne à lire les « ouvrages » d’Alain Bauer, le « conseiller sécurité » du président.

Jacques-Marie Bourget

La vidéo de Bakchich TV :

Anthony Lesme

Lire ou relire sur Bakchich :


Deux bambins de 6 et 10 ans cuisinés au commissariat pour une affaire de vol de vélo, le ridicule n’inonde pas certains flics de France. Du côté de la justice des mineurs, on retrouve parfois les mêmes (…)

Deux enfants de 6 et 10 ans ont été arrêtés et emmenés au poste à la sortie d’une école de Floirac, près de Bordeaux, sans que leurs parents ne soient prévenus. Ils étaient soupçonnés d’avoir volé un vélo…qui s’est révélé être le leur. Ca foire à Floirac. (…)

Montrés du doigt après les violences qui ont émaillé la grève générale sur l’île, les jeunes Guadeloupéens disent leurs colères et leurs rêves à Bakchich. Récit d’un malaise.
Abdelhakim Ajimi, 22 ans, était cuisinier au chômage, il pesait 60 kilos. Il a fallu pas moins de cinq policiers pour le maîtriser vendredi 9 mai. Une échauffourée qui lui a coûté la vie.
L’enquête sur la mort suspecte d’un jeune à Grasse, le 9 mai dernier, lors d’une interpellation musclée continue. Avec les premières auditions de la police des polices, quelques perles sur le fonctionnement de la Brigade anti-criminalité (…)

Pierre Sarkozy, un des fils de Nicolas Sarkozy, préfère le hip-hop à la politique, contre l’avis du paternel. La carrière musicale du fils aîné du Président fait grincer quelques dents. Et pas seulement à (…)