Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Une promo qui fait Boon !

Toutes les places vendues en dix minutes à Hirson dans l’Aisne, 700 autres vendues en cinquante minutes du côté de Maubeuge (le temps de faire la queue, en fait), des avants-premières déjà annoncées dans tous les journaux locaux de France et de Navarre, pas de doute, la promo de Rien à Déclarer est bel et bien lancée. Si tant est que le film ait besoin de promo : avec 20,4 millions spectateurs pour le désormais historique Bienvenue chez les Ch’tis, Dany Boon n’a même plus besoin de lever le petit doigt pour faire se lever les foules. La rançon de la gloire.

 - JPG - 65.2 ko

Trois mois par petites touches

Pour autant, il faut croire que l’ami Dany et ses producteurs ont envie d’un nouveau succès planétaire. Car, ils ont su jouer parfaitement sur l’effet du film attendu, très attendu. On ne reviendra pas sur la frénésie de l’hiver-printemps derniers pendant le tournage à la Macquenoise (voir aussi Dany Boon, la canonisation médiatique), mais seulement au mois de septembre. Soit près de quatre mois avant la sortie de Rien à déclarer. On apprend d’abord que Dany Boon a testé son film auprès d’une centaine de privilégiés au Kinépolis de Lomme. Pendant qu’une autre info est glissée dans les journaux : la bande-annonce vient d’être dévoilée au congrès de la Fédération nationale des cinémas français à Deauville. Scoop. Et d’ailleurs, cette fameuse bande-annonce ne tarde pas à savamment fuiter : d’abord sur MSN Vidéo, ensuite sur les autres sites de partage de vidéo.

Nous ne sommes qu’en octobre, mais autant battre le fer tant qu’il est chaud pour faire monter la mayonnaise sur des charbons ardents, si l’on ose écrire. Et à ce titre, les mois de novembre et décembre vont être décisifs : sortie de l’adaptation italienne de Bienvenue chez les Ch’tis, calendrier des avants-premières de décembre qui commence à tomber avec les mises en vente des places qui partent comme des petits pains (avec des premières dates du côté du lieu de tournage bien évidemment), etc.

Ainsi, par petites touches (auxquelles on peut ajouter les innombrables références à Dany Boon dans la presse, notamment avec le petit musée consacré à Bienvenue chez les Ch’tis à Bergues qui a fermé dernièrement) depuis plusieurs semaines, Rien à Déclarer fait donc l’actualité médiatico-cinématographique. Avec un point d’orgue fin novembre la projection presse du film à Paris : tous les journaux en ont parlé et une partie des médias pense que le film est même mieux que les Ch’tis… Sacrée caution.

Décembre-janvier, l’offensive douanière

Et maintenant alors ? Eh bien, en décembre et janvier, c’est l’heure de la dernière offensive. La tournée d’avant-première qui commence donc cette semaine par Hirson et Maubeuge notamment. Puis, les plateaux télé et radio qui vont se multiplier, chaque média s’arrachant le prodige du cinéma français. La semaine dernière, Dany Boon était déjà sur Europe 1 au micro de Marc-Olivier Fogiel ; dans une semaine, il sera en compagnie d’Arthur sur le plateau des Enfants de la Télé sur TF1. Emission spécialement consacrée à Rien à Déclarer. TF1 qui a en plus fait un beau cadeau à l’Armentiérois : la diffusion – opportune ? – de Bienvenue chez les Ch’tis à deux mois à peine de la sortie du nouvel opus. Carton d’audience (14 millions de téléspectateurs) et même l’occasion pour l’autre géant Google d’inaugurer sa première pub TV, spéciale Ch’ti pour l’occasion.

De quoi susciter l’attente, de surcroît des deux côtés de la frontière cette fois-ci (les Belges sont concernés). Plus que quelques semaines à attendre d’ailleurs : sortie régionale et belge le 26 janvier. Soit une semaine avant le reste de l’Hexagone. Ça lui a porté chance la dernière fois, confiait innocemment Dany Boon au micro d’Europe 1 (même système pour Bienvenue chez les Ch’tis). On le sait suffisamment intelligent pour savoir que ce coup ci, il n’a pas compté que sur la chance…

Avec DailyNord

-----