Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

Corse : la guerre mafieuse ne prend pas de congés d’été

 

Quatorze. C’est le nombre de tués par balles depuis le début de l’année sur l’ile de Beauté.

 

Jean-Dominique Cortopossi, Jean-François Cervetto et Jean-Dominique Bonavita ainsi qu’une autre personne actuellement recherchée ont été impliqués dans une fusillade encore hier matin( 3/07/13).

Le drame s’est produit sur une petite route de Castagniccia (Haute-Corse). Cortopossi est décédé, Cervetto et Bonavita ont été grièvement blessés.

Le procureur de la République de Bastia,Dominique Alzéari a précisé que les « trois  victimes étaient défavorablement connues de la police » et que « certains des hommes visés mercredi avaient fait l’objet de surveillance téléphonique.»

 

Plaine mortelle

 

Des sources proches du dossier ont aussi très vite fait circuler l’information selon laquelle  plusieurs des hommes impliqués dans la fusillade étaient  liés à un entrepreneur de BTP et restaurateur, Christian Leoni,  abattu en 2011, membre supposé de la bande criminelle bastiaise de la Brise de mer et très proche de Francis Mariani, qui fut un pilier de la bande avant d’être lui aussi liquidé en 2009.

 

«  C’est la guerre de la plaine qui se poursuit » nous explique un bon connaisseur.

La plaine orientale est en effet un théâtre du conflit entre bandes rivales, un conflit qui endeuille  régulièrement l’île la plus criminogène d’Europe.

La Plaine, une microrégion  qui n’offre pas les plus  beaux paysages de l’île, loin des petites baies de sable blanc et fin de l’extrême sud de l’île,  loin des somptueuses villas de Bonifacio et de Porto Vecchio, sur la seule ligne droite et la seule plaine que connaisse ce bout des Alpes qui surgit de la mer. On ne risque pas de croiser des touristes bling bling, ici c’est plutôt une clientèle familiale qui se contente de loger dans un triste village de vacances ou dans les appartements d’immeubles sans âme, ces nombreux blocs de ciment, pompeusement appelés résidences qui décorent la  nationale reliant Bastia à Porto-Vecchio.

Ces immeubles, pourtant pas tous habités, ont poussé comme des champignons  ces dernières années.  

Pourquoi cette frénésie du béton et… qui sont les bâtisseurs? Quels intérêts s’agitent dans cette microrégion agricole où les subventions abondent ?

Dans cette  région connue aussi pour ses caboulots, ses bar à champagne et l’importante présence de bandits manchots pour agrémenter les tournées au pastis ?

 

Le plomb et le béton, ciment des liens entre Mariani et les natios

Nous sommes au milieu d’un étonnant carrefour.  Ici  le big boss de la Brise de mer, Francis Mariani avait choisi de faire sa base arrière dans la « « guerre civile » qui l’opposait à un autre parrain de la même bande, Richard Casanova. Ici aussi,il a été abattu après  son rival , dans des circonstances bien étranges. Mariani , en cavale pour  mener sa guerre, venait  tout juste d’être « logé » par les hommes de la Brigade de Recherche et d’Intervention. C’était le 12 janvier 2009, sa planque venait d’être repérée et voilà que deux charges ont explosées. Deux corps carbonisés sont retrouvés sur les lieux. : Francis Mariani et de Charles Fraticelli, l’homme qui lui assurait la logistique dans cette plate région au pied de montagnes.

Visiblement ce meurtre a déstabilisé la région.

 

 

Mariani avait des relations  chez les flics, les voyous et aussi les natios.  Il était proche du leader du « Front », Charles Pieri, condamné pour abus de biens sociaux, extorsion de fonds, financement de terrorisme et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste,  sorti  de prison en 2009, pour être brièvement repris en 2011 car qu’il avait « oublié » de répondre à son contrôle judiciaire. Aujourd’hui le chef natio est à nouveau libre, mais pas véritablement serein.

Charles - Philippe Paoli, un des ses plus proches frères d’armes a été abattu  2011 et son propre fils Christophe a été la cible d’une tentative d’assassinat en février 2013.  Les deux faits se sont déroulés dans « la Plaine ».    

Paoli, lieutenant de Charles Pieri a été tué à la suite d’une dispute avec Christian Leoni, lieutenant de Francis Mariani avec qui il était en affaires dans l’immobilier.  

La liaison entre les deux hommes n’était pas incohérente. Rien d’étonnant, Mariani, le voyou de la «Brise» et Charles Pieri, le patron du «Front» entretiennent des rapports cordiaux. Pourquoi  alors Paoli, l’homme de Pieri, et Leoni, l’homme de Mariani, se sont- ils disputés ?

Une dispute avec des lourdes conséquences. Paoli a été tué en juin 2011 et Leoni quelques mois plus tard, en octobre. Son assassinat a été officiellement revendiqué par le Flnc en riposte au meurtre de Charles-Philippe Paoli.

Quel est l’origine de la dispute mortelle entre ces deux entités  jusque là alliées?

Une  question importante, qui se confond pourtant  avec l’épaisseur du maquis.

 

 


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Bakchich !