Tweets by @Bakchich

Vous êtes ici

L’OM : onze hommes en galère…

Au cœur de la plus belle ville du monde, Marseille, se love bien naturellement le plus grand club du Monde, l’Olympique de Marseille. Et tout aussi naturellement, cette belle ne s’offre pas à tout un chacun seulement aux plus résistants. « La pression marseillaise » qui broie tant de joueurs. Public, obligations de résultats, mais aussi de surprenantes visites ou aventures.

Ainsi de Mathieu Valbuena. Le gringalet girondin (1m 66), débarqué au club en provenance directe de Libourne-Saint-Seurin en 2006, ne s’est révélé au grand public que cette saison. Milieu offensif de poche, affectueusement surnommé « la mobylette » ou le « petit » a grandement participé à la remontée fantastique de l’OM passé de la 19ème à la 3ème place du championnat. Avec au passage quelques buts d’anthologie à Liverpool ou contre Caen, récompensé du titre fort subjectif de plus beau but de la saison.

 - JPG - 16.3 ko

Hasard ou pas, c’est aussi cette année que Mathieu Valbuena a eu droit à un petit « bizutage », comme il n’en arrive qu’autour du club le plus titré de France. Le 4 mars dernier, à 10 h 45, pas dès potron-minet mais quand même assez tôt, le jeune Mathieu a la divine surprise de se fait réveiller par les flics, à son domicile de Venelles, dans la banlieue d’Aix-en-Provence.
Et a droit à une petite perquisition d’une demi-heure, sans que la police n’emporte rien. De la graine de délinquant, « la mobylette » de l’Olympique de Marseille. Non plutôt un malchanceux.

« Bienvenue » à Marseille

Tout juste deux mois auparavant, comme l’explique le joueur aux poulets, il a acheté ce petit pied-à-terre à une certaine Isabelle Kasbarian. Or, ladite demoiselle, qui marie les talents (à la fois « commis de cuisine et responsable de placements financiers », décrivent les enquêteurs), n’est autre que la bonne amie de Christophe Vincenti, à qui la maison poulaga cherche des noises.

Très exactement, ils le soupçonnent d’avoir menacé des jurés d’assises qui avaient à siéger au procès du célèbre François « Francis » Mariani, son fils Jacques, et quelques autres acolytes, qui passaient devant la cour d’Aix-en-Provence pour assassinat.

Et malgré la condamnation de Jacques (à 15 ans de prison) et de Francis (à 7 ans de réclusion, par contumace) le 18 mars dernier, Vincenti a été arrêté le 2 et mis en examen dès le 4 mars. Au seul motif qu’il a « une parenté par alliance avec Mariani ils sont beaux frère  », clame-t-il. Pour être tout à fait sûr, les enquêteurs l’ont aussi mis en examen pour « association de malfaiteur » et « détention d’armes ».

Et c’est en cherchant à son domicile qu’ils ont malencontreusement dérangé dans son petit pied à terre Mathieu Valbuena. Un petit incident finalement, en forme « de bienvenue », s’amuse-t-on désormais dans l’entourage du footballeur. Et bien moins gênant que la dernière mésaventure arrivée aux équipiers du lutin de l’OM.

Les joueurs de l’OM rackettés

Comme l’a révélé le quotidien La Provence, c’est d’abord l’attaquant du club Djibril Cissé, qui a récemment été victime de chantage, de la part d’un malotrus qui voulait diffuser une video « privée » du joueur, qu’il s’était procuré. Et enquête faisant, les policiers se sont rendus compte qu’un vaste système de racket des joueurs marseillais existait. Une nouveauté en France, mais pas en Italie où le chantage sur la vie privée des joueurs a touché les plus grands, de Francesco Totti à David Trézéguet, comme le décrit Jérôme Jessel dans Sexus Footballisticus.

Petit piment supplémentaire toutefois sur le Vieux-Port, l’un des joueurs de l’équipe, le défenseur Jacques Faty est « suspecté d’être impliqué dans une tentative d’extorsion de fonds de Cissé », décrit La Provence. Idéal pour améliorer l’ambiance du groupe…


A lire ou relire sur Bakchich.info

Un livre au titre alléchant, "Sexus Footballisticus", s’intéresse aux sorties nocturnes des "Bleus". Et ce n’est pas triste…

Heureux Ch’ti que Franck Ribéry, le joueur français du Bayern de Munich. Le Tribunal du sport a condamné son ancien agent à lui reverser 400 000 euros. Une sentence qui pourrait gêner ses actuels agents, les célébrissimes Jean-Pierre Bernès et Alain (…)