Ch
Logo

La Bloghorrée de Rachida Dati insupporte la magistrature

Publié par G Groupe X Bakchich

« On ne fait plus de différence », explique un magistrat, « entre les modérés de l’USM et les militants de gauche inscrits au Syndicat de la Magistrature (SM), tant la grogne est importante contre Rachida Dati ». Beaucoup de ces juges manifestent aujourd’hui au coude à coude. S’ils sont dans la rue, c’est moins pour dénoncer la politique pénale de Rachida que pour dénoncer sa morgue et son omniprésence médiatique, jusque sur l’intranet du ministère, à usage purement interne.

Une avalanche de vidéos

Réservé aux magistrats, le site est théoriquement » consacré à l’actualité juridique, à « la sûreté des juridictions » ou aux lois les plus récentes. Mais en tête, trônent désormais « les déplacements du ministre en images ». Attention à l’avalanche d’images, sur fond de commentaires sirupeux. Le défilé de mode et de vidéos est insupportable : Rachida, installant un vague comité à Paris ; Rachida en Israël ; Rachida avec sa copine à Brest pour étudier « le dispositif national des pollutions en mer » et sur la « préservation des écosystèmes marins », en compagnie de Nathalie Kosciusko-Morizet. Et aussi, et encore, Rachida, à Douai, à Limoges, à Argenteuil, une Rachida omniprésente, arpentant les maisons d’arrêt ou prenant des poses à l’École de la Magistrature, et toujours dans des tenues les plus bling-bling.

Naturellement, on ne voit pas, sur ces images, les détenus accueillant la ministre dans les prisons en scandant le plus souvent : « Comme tes frères, on veut la libération conditionnelle ».

Autant d’images sur papier glacé, reprises sur son blog personnel, ainsi que, pour cinquante sept d’entre elles, sur Dailymotion. Pour l’instant, ce florilège a été cliqué au total 105 000 fois depuis mai 2007. C’est bien peu pour une telle star. Les chers lecteurs de Bakchich auront le plaisir de découvrir les tenues les plus récentes de notre ministre de la Justice dans dix vidéos que vous pouvez visionner à la fin du papier.

Bataille d’hermines sur le Net

Par un amusant retour des choses, la mobilisation contre Rachida a été favorisée par un autre site interne du ministère, baptisé « Thèmis ». Les extraits de jurisprudence que les magistrats échangeaient sur ce portail ont fait place, ces dernières semaines, à des récriminations contre Rachida.

Mais l’emballement est né lorsque dans la nuit du 6 au 7 octobre, un mineur s’est suicidé dans la prison de Metz qu’elle avait qualifiée de modèle le 29 août. Elle qui a fait voter une législation répressive depuis son arrivée à la Chancellerie réagit au drame en chargeant les magistrats de Metz qui se seraient montrés trop sévères en faisant appliquer une peine de six mois contre ce mineur.

Et on vit la ministre exiger, le mercredi 9 dans l’après midi, un rapport de l’administration pénitentiaire et de l’Inspection générale pour le lendemain matin, date de son déplacement à Metz. On surprit cinq malheureux magistrats, sous l’autorité d’André Ride, le patron de l’inspection générale des services judiciaires, partir dare dare, en début de soirée, sur les lieux. Et on assista à cette scène surréaliste, où une jeune et brillante substitut, Françoise Roseneau, fut sommée de revenir de vacances pour comparaitre, à vingt trois heures, devant l’escouade venue de Paris. Le rapport fut écrit pour le jeudi matin neuf heures, date de l’arrivée de la ministre à Metz. On entend le Président du tribunal, les Procureurs de Metz et de Sarreguemines. In fine, aucun grief n’est relevé dans le rapport.

« J’ai été traitée comme un chien »

Depuis, la magistrate s’est mise en congé maladie. Non sans avoir, une première dans le monde feutré de la magistrature, écrit à ses collègues une lettre sur le site « Thèmis ». « J’ai été traitée comme un chien », conclut-elle. Cinq cent magistrats lui apportent leur soutien. Comment réagir ? La ministre va-t-elle assumer ses choix ? Pas du tout. On vit ensuite le malheureux patron de l’Inspection des services judiciaires tenir une conférence de presse et avaler son bonnet. Et de déclarer : « Surpris et ému de la façon dont la presse a relaté son inspection à Metz, je tiens à préciser que s’il est exact que Rachida Dati lui a demandé de procéder à une inspection, pour autant, la Garde des Sceaux ne lui a pas fixé les modalités dans lesquelles cette inspection devait intervenir ». Circulez, le haut magistrat prend tout sur lui et dédouane sa ministre. Chevaleresque ? Peut-être, mais totalement stupide ! Ses déclarations ont fait rire toute la magistrature.

Et la bronca est repartie de plus belle.

Voici notre sélection des vidéos bling-bling de la Garde des Sceaux :

Le 22 juillet, au pôle adolescent du Centre Jean Abadie, à Bordeaux.

Le 18 juillet, à Brest avec Nathalie Kosciusko-Morizet.

Le 29 août, visite du Centre de peines aménagées et de la Maison d’arrêt de Metz-Queuleu

Le 1er septembre, à la session plénière du Parlement européen sur l’avenir d’Eurojust (Bruxelles)

Le 8 septembre, à Sofia (en Bulgarie)

Le 9 septembre, à Bruxelles, devant la commission des affaires juridiques du Parlement européen

Le 13 septembre, à Argenteuil avec Nathalie Kosciusko-Morizet

Les 19, 20 et 21 septembre en Israël et dans les Territoires Palestiniens

Le 6 octobre 2008, mise en place du Service d’assistance au recouvrement des victimes d’infractions (SARVI), à la Chancellerie

Le 14 octobre 2008, installation du comité de réflexion sur la rénovation des codes pénal et de procédure pénale

A lire ou relire sur Bakchich.info

Affaire Mecili : l’étrange coup de fil entre Alger et Rachida Dati Ce vendredi, la Cour d’appel de Paris a mis en délibéré au 14 octobre le sort d’un diplomate algérien soupçonné d’être le commanditaire de l’assassinat de l’opposant algérien Ali Mecili en 1987. L’Elysée et la Chancellerie, bombardées de coups de fil des (…) « Je ne suis pas ta petite Rachida, je n’ai pas besoin de toi » Dans le dossier que « Le Point » consacre cette semaine à Rachida Dati (à paraître jeudi 4 septembre), si l’on n’apprend pas qui est le père de son futur enfant, on découvre en revanche qui définitivement ne fait pas partie de sa (…) Rachida Dati, l’adieu au bling-bling La ministre de la Justice, Rachida Dati, a présenté ce lundi en Conseil des ministres le projet de loi pénitentiaire. Et pourtant, éclipsée par Carla comme « Bakchich » l’avait raconté, en guerre contre la magistrature, notre garde des Sceaux, qui a (…)

Mots-clefs : , , , , ,

Publié dans la catégorie France
Sur le même sujet
Small jpg rachida 2 0 La Bloghorrée de Rachida Dati insupporte la magistrature 0
19 novembre 2008 Article publié le 23 octobre 2008 « On ne fait plus de différence », explique un magistrat, « ent...
Small jpg dati 60b01 Rachida Dati cherche désespérément juges avec qui déjeuner 0
3 décembre 2008 La belle idée avait germé au sein du cabinet de Rachida Dati : pour montrer qu’entre la ministre ...
Small jpg jpg rachida 3 Bernard Tapie, dernier joker de Rachida Dati 0
5 juin 2009 Décidément, Rachida Dati a du mal avec cette campagne pour les européennes. Malgré la multiplicat...
Small jpg fashiondati 0 Dati continue à faire valser son cabinet 0
4 décembre 2008 Quinze, seize, dix-sept, dix-huit… On finit par en perdre ses calculs tellement le nombre de dépa...
Small mur des cons 2 0 Grande muraille 0
25 avril 2013 L'existence d'un mur des cons dans les locaux du syndicat de la magistrature horrifie la droite.....