Ch
Logo

Karim Wade, sur orbite présidentielle (1ère partie)

Publié par G Groupe X Bakchich

Envoyé spécial à Dakar

Avec sa candidature à la mairie de Dakar, que Bakchich est parti suivre sur place, Karim Wade, fils et conseiller de son président de père, a perdu sa meilleure vanne : « Ma seule ambition politique est de devenir maire de Dubaï ».

Balancée à l’envi depuis son apparition aux côtés de Pa Wade, lors de l’accession à la magistrature suprême de ce dernier, la formule n’a jamais blousé grand monde. Que ce fut dans la presse sénégalaise, française ou les milieux politiques sénégalais.

Conseiller de la présidence, grand ordonnateur du sommet de l’organisation de la conférence islamique, VRP de luxe du Sénégal au Moyen-Orient et en France, renégociation des licences UMTS avec les opérateurs de téléphonie portable ; la liste est longue des missions de confiance accordées par « Gorgui » Wade à son petiot. Avec en prime, une arrivée massive de fonds et d’investisseurs venus de l’Orient compliqué. Au hasard, le Groupe Ben Laden pour construire le nouvel aéroport, Dubaï Port World pour succéder à Bolloré dans la rade de Dakar, ou encore un consortium d’entreprises amenées à développer une « zone franche » autour de Dakar.

Karim Wade en piste pour la mairie de Dakar - JPG - 110.8 ko Karim Wade en piste pour la mairie de Dakar © Nardo

Difficile de cacher qui est le fils préféré. D’autant que « Le Président », comme l’appelle Karim, a toujours salué l’œuvre de son rejeton, en même temps qu’il lâchait les chiens sur ses successeurs potentiels.

Idrissa Seck, dit Ngorsi, et Macky Sall en ont fait les frais. Sitôt « Défenestrés », selon l’expression consacrée des journalistes sénégalais, les deux loustics ont eu le droit à de menus ennuis judiciaires. Sans condamnation, mais avec de multiples convocations à la DIC, la redoutable Division des investigations criminelles. Et sont depuis tombés au mieux dans les limbes de l’opposition, ou dans les bras du président gabonais Omar Bongo.

Dur châtiment pour qui veut s’intercaler entre un père et un fils. Depuis fin 2007, plus personne ne s’y est risqué. Peu à peu, tout le monde s’est même fait à l’idée. L’apparition de son mouvement « la Génération du Concret », n’a pas non plus floué grand monde. « Un mouvement apolitique conçu pour réaliser l’œuvre du Président »… Ben voyons.

Dans le Golfe, depuis ses débuts, les officiels l’appellent « le Prince héritier ». Sarko en a fait son interlocuteur privilégié sur l’Afrique de l’Ouest et veut lui refourguer une jolie centrale nucléaire. Petit plus, le destin du petit Wade l’intéresse au plus haut point, lui qui a aussi une lignée politique… L’opposition s’est aussi faite à l’idée de devoir l’affronter, dans les urnes, elle qui n’a pas remporté un scrutin depuis 2000 et s’est pris vague bleue sur vague bleue. Tout juste une tentative de modification de la constitution, pour empêcher qu’un fils de chef d’Etat soit élu à la présidence, avait été déposée, et sitôt remballée à l’Assemblée nationale.

Un combat à armes inégales

« Au moins va-t-il passer par les urnes, soupire une vieille concierge des palais africains,dans un pays où le bourrage des urnes n’est pas même nécessaire ». Opposition laminée, machine électorale présidentielle rôdée et parfaitement maîtrisée par Karim lui-même [1], et fichier électoral « radiographié » [2]. La panoplie du parfait rouleau compresseur électoral est en place. Un combat à armes plus qu’inégales.

En 2006, sa nomination à la tête de « l’Agence nationale pour l‘organisation de la conférence islamique », l’a placé à la tête d’une manne financière venue du golfe avec laquelle il a transformé Dakar. Un levier parfaitement utilisé. Et à dessein. Réfection des routes, ouverture de nouveaux hôtels, ripolinage de la Corniche, nouveaux échangeurs autoroutiers, Dakar a changé d’air. Même si la capitale étouffe encore. « Cela fait trois ans que l’on fait campagne », en sourit l’un de ses conseillers, « et cela va porter ses fruits ».

Nul n’en fait mystère. L’accession à la mairie après le scrutin de ce week-end n’est qu’un galop d’essai. Un tour de chauffe, histoire que le métisse parfaisse son wolof, sa science des bains de foule et des grands discours. Avant la conquête du Palais de l’avenue Roume, prévue pour 2012, au plus tard…

La triade des héritiers

Plus jeunes, les trois héritiers aiment à faire la java ensemble. Mais promis, depuis qu’ils ont des responsabilités, les héritiers se sont calmés. Première à avoir accédé au pouvoir, sa Majesté Mohammed VI continue à tailler des bavettes avec Karim Wade et Ali Bongo, ministre de la Défense de son président de père. Et les trois continuent de s’entendre comme larrons en foire. « Mais sans faire d’excès, d’ailleurs Karim ne boit ni ne fume », tempère l’un de ses conseilleurs. Au moins entre Karim et Ali, la course à l’échalote présidentielle est lancée. M6 n’a plus qu’à arbitrer.

Karim Wade, leader de la Génération du Concret, en campagne, acclamé par ses partisans :

Et Karim Wade en campagne électorale à Dakar, sur le marché de Sandaga : Voir la vidéo

Lire ou relire sur Bakchich.info :

Wade junior ne rêve-t-il que d’or ? Alors que Wade père, président du Sénégal, doit se rendre à Paris ce vendredi pour présenter une nouvelle biographie qui lui est consacrée, « Bakchich » revient sur Karim Wade, le fils, qui, face aux multiples critiques qui le visent, répète (…) Les Premiers sinistres du Sénégal Les Premiers ministres français s’avèrent bien douillets. Et ce n’est pas le dernier livre de l’excellente Raphaëlle Bacqué, « L’enfer de Matignon » qui pourra plaider le contraire. Toujours à se plaindre du poids des responsabilités, des risques pris, du (…) Sénégal : Joola comme Mame Vague de mandats d’arrêt pour les responsables de la plus grande catastrophe maritime mondiale. Entre Sarkozy et Wade, des atomes crochus Un mariage discret pour la France et le Sénégal, ce mardi 26 août. Nicolas Sarkozy a reçu à l’Élysée Karim Wade, conseiller spécial du président sénégalais. Suite à cet entretien, le Sénégal sera prochainement l’heureux acquéreur d’un réacteur nucléaire (…) Wade est éternel Le bon vieux président Abdoulaye Wade, 80 bougies officielles, s’est bien amusé durant la campagne présidentielle sénégalaise. Et ses partisans avec lui, qui depuis ce matin multiplient les bons (…)

Mots-clefs : , , , , , , ,

Publié dans la catégorie International
Sur le même sujet
Small jpg senegalbakchich Petit pécheur européen qui noie le poisson sénégalais 0
25 mars 2009 Bannis des eaux sénégalaises en 2006, les pêcheurs européens ne lâchent pas prise. Pas question d...
Small jpg jpg kwade Le Sénégal d'impair en fils 0
16 juillet 2010 Aussi effervescente que pugnace, la presse sénégalaise a pris un coup de chaud à la lecture le 12...
Small jpg gorgui wade 0 Dakar impitoyable pour la famille Wade 0
25 mars 2009 Un vent frais balaie Dakar en cette fin de dimanche après midi. Et malgré un soleil resplendissan...
Small jpg wadeattiassarko 0 Attias, Wade et Sarko, un ménage à 3 0
22 juin 2008 Nicolas Sarkozy, notre si décrié Président, est un homme coulant. Très coulant. Si, si. Par exemp...
Small jpg aabb 0 Le fils Wade, voyez comme tout le monde l'aime ! (II partie) 0
21 mars 2009 Envoyé spécial à Dakar Quelque chose a changé. D’abord, la sortie de l’aéroport. Finie la cohue d...