Ch
Logo

Saga Borgia au Gabon, Ali ferme le pays...

Publié par G Groupe X Bakchich

Calme, luxe et consternation. Mais au moins les portables passent sur Libreville, jusque tard dans la soirée. Et une voix atone, assommée, répond. « Sous le choc », glisse un ministre, au ton contrit. Pas même feint.

Après 41 ans de pouvoir, Omar Bongo Ondimba, qui s’est très officiellement éteint dans la journée du lundi 8 juin, a laissé la place. Et un grand vide. Au Gabon comme en France, les caisses risquent de sonner un peu plus creux, tant le mollah Omar savait se montrer dispendieux.

Ali lance les festivités

« La ville est calme, continue le dévoué mais pas forcément désintéressé serviteur de l’Etat, tous les Gabonais se préparent au deuil ». Un deuil national de 30 jours, dont les modalités seront définies le mardi 9 juin, en conseil des ministres. L’occasion pour tous les prétendants et acteurs de la [Saga Borgia du Gabon>article00612] -la guerre de succession que se livrent les héritiers depuis des années - de se jauger. Et de compter leurs alliés.

La couleur de l’argent - JPG - 50.2 ko La couleur de l’argent © Pier’

Volontiers offensif ces derniers temps, les proches de Pascaline, la fifille chérie, éternelle directrice de cabinet et véritable tenancière du pays, a opté pour un profil bas. Position d’attente et couteaux rangés. « Madame n’est pas candidate à la présidence », tel est le message à faire passer. Accompagner de la litanie de fille aimante et éplorée, qui ne pense qu’à faire son deuil. Et oublier les querelles de clocher. Pause donc sur la guerre de succession qu’elle livre à son demi-frère, Ali ? Plus de psalmodies contre le rival déclaré, ni de mise en doute de sa gabonité, ou de jets d’acide sur tous ces « étrangers qui l’entourent ». « L’heure est au deuil et au recueillement, assurent ses proches, les Gabonais vont se serrer les coudes ». Voire un peu plus.

Frontières terrestres, maritimes et aériennes ont été fermées. L’armée mise en état d’alerte. Les bâtiments publics sécurisés et un communiqué lu à l’antenne de la radio télé gabonaise. Le tout sur ordre du ministre de la Défense Ali Bongo. Un signal qui ressemble à s’y méprendre à un putsch. Ou une démonstration de force. Un brin obligée.

Gaboniaiseries en série

Le gamin de cinquante ans, copain de jeunesse et de bringue de Mohammed VI ou Karim Wade sait être attendu au tournant.

Si la ronde des intermédiaires du village franco-africain, des officiels de la cellule Afrique aux vieux matoux du marigot tel Robert Bourgi l’ont déjà adoubé, Ali n’a ni le bagout ni les secrets de son père pour peser. Ses hypothétiques pairs, le congolais Denis Sassou Nguesso ou l’Equato-guinéen Teodoro Obiang ne l’apprécient guère. Et voient d’un bon oeil le centre de l’Afrique centrale se déplacer vers leur capitale. Les vieux réseaux misent sur lui pour fantasmer une continuité.

Quant à la population, blousée des élections depuis des années, son réveil pourrait en imposer. Ou du moins, à l’instar des dernières élections municipales où Karim Wade a subi une débâcle, sursauter pour exister.

Bref, pas moyen pour Ali de s’imposer autrement que via l’armée. Qu’il a nettoyée pour placer ses hommes à l’automne dernier, comme l’a très bien décrit La Lettre du continent (toujours pillée jamais citée), petite anthologie des guerres du Palais du Bord de mer. « Peut-être mais les hommes étaient fidèles au Président, pas à Ali », juge une vieille concierge des Palais Africains. « Ali a tout intérêt à tout verrouiller car il n’est pas aimé et il en va de son "salut" au Gabon de se maintenir coûte que coûte ».

Mais en sortant du bois si tôt, Ali ne risque pas de voir sa côte remonter. D’autant que la gestion de l’annonce du décès du mollah Omar a surpris jusqu’à l’Elysée. Annoncé mort le 7 juin au soir, le mollah a ressuscité le 8 au matin par la grâce du Premier ministre réputé proche de Monsieur Fils, qui assurait lui avoir rendu visite… Au passage, Jean Eyeghe Ndong mouille d’autres alliés d’Ali, dont « le président de l’Assemblée nationale » qui l’aurait accompagné pour cette visite au-delà du ridicule. Dans l’après-midi du lundi, le même Premier ministre a envoyé un communiqué à la presse pour annoncer la mort du doyen. « A priori, constate une barbouze de la place, l’annonce a été retardée pour ne pas laisser le temps à la population de réagir sans s’organiser ».

Au moins Bongo n’a-t-il pas emmené les gaboniaiseries dans la tombe…

A lire ou relire sur Bakchich.info

Ce qu’Omar veut, la France le veut Omar Bongo, le si sympathique président gabonais adore, depuis toujours la politique française, comme l’atteste un document que Bakchich a déterré. Et les hommes politiques français le lui rendent bien, depuis (…) Saga Borgia au Gabon Les élections législatives du 17 décembre constituent un beau galop d’essai pour les prétendants au trône d’Omar Bongo. Une lutte qui oppose son ministre des Finances de gendre à son ministre de la Défense de fils. La famille c’est (…) Les Gabon comptes de la BNP Soupçonnée d’avoir couvert des détournements de fonds publics au Gabon entre 1992 et 1995, la filiale gabonaise de la BNP-Paribas a failli fermer ses portes en 2002. La faute à des opérations douteuses qui y auraient été (…) Bongo, un héritage en justice La doyenne des juges d’instruction de Paris accepte que la France enquête sur le patrimoine immobilier des présidents Africains. Pas le parquet, qui a fait appel de la décision… Gabon, la saga Borgia continue La guerre de succession du Président Omar Bongo se poursuit entre son gendre, son fils et sa fille. Une course-poursuite entre Paris, Libreville et Rabat. Wade-Bongo : une Sall relation Les présidents gabonais et sénégalais rivalisent de susceptibilité. Et Wade d’accuser Bongo de financer son ancien premier ministre, Macky Sall. Les vrais faux rapports de Kouchner sur la santé au Gabon Bakchich publie deux maigres "rapports" sur la santé au Gabon, signés Kouchner. 15 pages datant de 2004. De simples « synthèses », proteste le ministre. Qu’on nous montre les vrais rapports ! France-Gabon, l’accord bidon En urgence, les députés ont débattu du traité migratoire franco-gabonais le 10 avril dernier. Un accord étrange qui a réveillé l’opposition, qui a flairé le cirage de pompes d’Omar Bongo et rappelle que les flux migratoires avec le Gabon sont (…) Kouchner, la presse s’est mise aux Gabonais absents ! La publication des vrais faux rapports sur le Gabon n’a intéressé quasiment personne dans les médias, sauf France Inter qui devrait y revenir le mercredi 25 février, avec de nouvelles pièces au dossier. On attend impatiemment (…) La France orpheline d’Omar Bongo Annoncée le 7 juin par la presse, démentie le 8 juin par les autorités gabonaises, la mort d’Omar Bongo a finalement été confirmée par les mêmes autorités dans la journée. Un décès qui va encore accélérer l’âpre bataille que se livrent fils et fille pour la (…)

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

Publié dans la catégorie International
Sur le même sujet
Small jpg jpg gabon Chirac et Sarkozy hués au Gabon 0
17 juin 2009 ©Pakman A lire ou relire sur Bakchich.info VGE a...
Small jpg ali bongo Un Gabon en pleine rupture 0
2 septembre 2009 Y a de la rupture dans l’air au Gabon. Et c’est un spécialiste qui le dit dans Le Parisien du 1er...
Small jpg bongo 5 Adieu l'Omar on t'aimait bien 0
18 juin 2009 En 41 ans ans de pouvoir, Albert Bernard Bongo Ondimba a beaucoup évolué. De surnom, de religion,...
Small jpg dessin ali bongo Des élections sous le signe du Omar 0
28 août 2009 Même après la mort d’Omar Bongo le 8 juin dernier, son tout-puissant président durant 41 ans, le ...
Small jpg omar bongo Au Gabon souvenir d'Omar B. 0
9 juin 2009 En général, les histoires d’amour finissent mal, dit la chanson. D’autant plus quand elles ont ét...